Compte fondateur et directrice, c'est bien d'elle qu'il faut se méfier le plus... après tout: qui sait qui se cache réellement derrière son compte ?
Administratrice du forum, elle s'occupe surtout de tout ce qui touche au codage et graphisme... mais aussi parfois des parties à rédiger ♥ Attention à vos fesses, il semblerait qu'elle ne soit pas toujours tendre ~
Co-administratrice du forum, créatrice du concept et des principaux rouages de Golden Krone, elle sera toujours disponible pour vous accompagner durant votre séjour dans notre académie. Un problème ? Un RP ? C'est par ici ~ ♥
ATTENTION, FORUM OPTIMISE EN GRANDE PARTIE POUR FIREFOX, QUELQUES DECALAGES PEUVENT SURVENIR SUR LES AUTRES NAVIGATEURS
CSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActif

Partagez | .

Tu vas le regretter ϟ feat Aaron

● messages à votre actif : 125
● pierre : AMETHYST
● petite citation : « Il n'y a pas de normes. Tous les hommes sont des exceptions à une règle qui n'existe pas. »
avatar

Etudiante en Arts et deuxième année

MessageSujet: Tu vas le regretter ϟ feat Aaron   17.06.14 21:21

A peine avait-elle posé un pied à l’intérieur de la salle que Leah avait regretté sa décision d’étudier à la bibliothèque pour rattraper son retard plus que conséquent au niveau des mathématiques. Une idée stupide. Surtout qu'elle ne s'en servirait jamais. Mais c'était Leah et parfois, vallait mieux ne pas tenté de la comprendre.

Le silence qui régnait n’était perturbé que par les pages des manuels qui se tournaient dans un froissement lointain. De temps en temps, un stylo tombait d’une table, rencontrant le sol dans un petit cliquètement. Mais ça s’arrêtait à quelques bruits ambiants sans grand envergure. Juste le silence. Elle haussa les épaules pour se donner une contenance avant de commencer à avancer entre les multiples allées de la bibliothèque. Elle avait l’impression que le bruit de ses bottines résonnait dans toute l’école, mais elle ne tenta pas pour autant d’atténuer le bruit. Bien au contraire. Le silence était pesant ici. Peut être trop.

Elle s’installa à la première place libre qu’elle réussi à trouver. Elle souffla une dernière fois avant de sortir son livre de cours. Elle ouvrit une page au hasard avant de commencer à griffonner sur la feuille de papier qu’elle venait tout juste de sortir. Sauf que Leah et la concentration pour bosser les maths c’est loin d’être une grande histoire d’amour. A peine avait-elle commencé à lire le début du problème traitant des primitives que son esprit était déjà loin. Son regard bleu se perdit par delà la fenêtre qui laissait passer les rayons du soleil. C’est la personne assise en face d’elle qui la réveilla en faisant racler sa chaise contre le sol. Ce bruit soudain fit sursauter la blonde qui était trop occupée à rêvasser. Un rapide coup d’œil sur son téléphone fini de l’affoler. Elle qui était venue pour réviser, ça faisait bientôt trois quarts d’heures qu’elle papillonnait. Bien décidé à faire quelque chose de productif, elle replongea dans les méandres des mathématiques…

Leah soupira avant de s’étirer lentement de tout son long. Son mouvement eut pour effet de faire craquer la chaise sur laquelle elle était assise depuis deux bonnes heures maintenant. Elle resta en position quelques secondes, le regard dans le vague, avant de finalement laisser retomber ses bras sur la grande table en bois. Son esprit était empli d’équations en tout genre et les chiffres se mélangeaient dans sa tête en quelque chose de totalement incohérent. Ce qu’elle pouvait détester les maths… Elle referma le livre de problèmes d’un geste sec et rapide qui lui valu quelques regards noirs de la part de certains de ses voisins. Elle esquissa une grimace pour toute réponse avant de pousser la chaise et de quitter sa place.

Son sac sur l’épaule, elle se dirigea d’un pas rapide vers les fauteuils de lecture afin d’y prendre place. Elle remit ses cheveux en ordre avant d’ouvrir son sac pour en sortir le livre qu’elle avait emprunté il y a quelques jours. Elle prit place dans le fauteuil le plus à l’écart. Elle approchait du dénouement et voulait être sure que personne ne vienne l’importuner pendant les vingt prochaines minutes. Elle s’enfonça confortablement au fond du siège et continua sa lecture.

Elle allait y arriver, à cette fin. Il ne lui manquait que quelques chapitres avant de pouvoir définitivement refermer le livre. Sauf qu’apparemment, une entité supérieure, ou le destin appelez ça comme vous voulez, en avait contre elle aujourd’hui. Une ombre venait d'apparaître à ses pieds. Elle ne l’avait pas remarqué jusque là. Cette personne était-elle là depuis longtemps ? Venait-elle d’arriver ? A contre cœur, elle releva le nez de son livre pour poser son regard sur l’inconnu qui avait osé interrompre sa  lecture.

▬ « … Je peux vous aider ? », lança-t-elle en tachant de rester la plus polie possible.


-------
620 mots




Dernière édition par Leah A. Parkers le 30.06.14 21:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Tu vas le regretter ϟ feat Aaron   17.06.14 23:47

L'énormité que présentait le colosse à la peau écailleuse, aux énormes dents pointues et aux ailes d'une grandeur absolue, fixe de ses jaunâtres pupilles le petit groupe. Des humains, une piètre farce pour l'immensité qu'il représente. Que va faire le dragon ? Fut la question des humains. Le dragon, dans son fort intérieur, éprouve une haine inestimable avec les humains. Son long et large cou aborde peu à peu une teinte rougeâtre, de plus en plus vif. La chaleur augmente et le dragon, par un souffle puissant et cruel souffle brûlant, ce qui cause la séparation temporaire du groupe. Ils tentent de minimiser les dégâts, de ne pas mourir afin d'accomplir avec merveille cette dernière quête. L'acquisition de la corne d’abondance est proche, il suffit de tuer ce dragon. Une chose vraiment pas évidente. Dans un rugissement, l'énorme bête fait battre ses ailes pour prendre son envol et recommencer sa précédente attaque. La même teinte revient sur son long cou et le même souffle d'une chaleur caniculaire s'abat sur le sol de cette belle et grande salle. Malheureusement, l'un d'eux n'en sort pas vivant. Il salue la mort d'une poignée de main, laissant les trois autres sur une défaite écrite par le cruel destin. Le chef du groupe mort, plus aucun espoir digne de ce nom comblera la détermination des autres. Une fuite, un manque total de confiance.

J'en ai plus qu'assez de ce livre, la fin est d'une médiocrité concertante. De plus, j'ai accompli l'achat de ce livre la vieille. Mais, il me laisse un arrière-goût bien trop amer. Une véritable déception, cet ouvrage. Le début est pourtant accrocheur, il force le lecteur à poursuivre une lecture acharnée, sans interruption. Cette fin, elle est bien trop ridicule. Pourquoi vouloir vendre ce genre d'ouvrage ? La lecture, vient tout de même de durée plus de deux heures. C'est dire l'importance des phrases que les pages de ce roman aborde, durant l'intégralité de la première partie du récit. La seconde partie, ne vaut pas la peine d'avoir une réelle conclusion. Les détails échappent parfois, la tonalité et l'ambiance prennent une tournure beaucoup trop différente. Un véritable déshonneur, venant d'un auteur que j'apprécie énormément.
Sur ce véritable ennuie, ma première décision se porte sur une petite balade. Embrasser l'air extérieur, montrer un amour important envers la nature et apprécier le champ des oiseaux. Parfois agaçants. Mes jambes, d'une répétition plus que parfaite, marchent en direction de la sortie des dortoirs. La descente des escaliers est une épreuve comme beaucoup d'autres. Une marche après l'autre. Je ressemble de plus en plus aux vieux, puisque je me surprends en train de descendre ces marches d'une vitesse d'escargot. Il faut dire qu'avec la lecture, mon cerveau s'éteint instinctivement. Un signe pour dire qu'il faut prendre ce genre de choses avec une compréhension proche de zéro. On éteint son cerveau pour ne pas se prendre la tête, pour rigoler avec enthousiasme. Cela est impossible pour moi, il est impossible d'éteindre mon cerveau. Mon cerveau qui conserve la moindre information. Aussi importante, aussi neutre, aussi inutile. Il enregistre tout et, impossible de supprimer les données. C'est un ordinateur ambulant.
Information encore plus importante. Je viens de finir la descente des escaliers.

Ma marche reprend, mes yeux observent l'écriteau sur l'une des nombreuses portes du Hall. Bibliothèque. Est-ce aussi paisible que le champ des oiseaux ? Oui, c'est même d'un calme absolu. L'endroit parfait pour ruiner l'espérance d'une demoiselle ou d'un jeune homme. Je souris presque sadiquement, lorsque cette idée de me vient à l'esprit. De manière instinctive, ma main se pose sur la poignée de la porte et, dans un élan vers l'avant, je l'ouvre en saluant poliment la jeune... Erreur, la vieille dame derrière son bureau. Mon dieu les rides. C'est une agression visuelle, comment fait-elle pour regarder son reflet dans le miroir ?! Elle n'est toujours pas morte avec l'affreuse vision de son visage en face d'elle ? C'est incroyable
Enfin, une femme que je ne risque pas d'envahir de compliment sur son visage. Ce qui laisse une place parmi les nombreuses places. Je pivote la tête vers les autres, places libres comme lycéens et universitaires. Le fond de la salle, l'endroit parfait pour un possible calme. Serein. Paisible. Paix. Trois mots qui signifient parfaitement l'ambiance du fond de ce lieu. Je m'y précipite sans aucune hésitation. Qui vais-je bien embêter ? Mes brunes pupilles observent une majestueuse blonde en compagnie de la solitude. Une parfaite victime. Et puis, cela va me faire oublier la déception précédente. Retrouver mon bonheur en prenant le bonheur de quelqu'un d'autre. C'est si diabolique.
Je m'approche donc de cette quelconque personne, ma taille imposante lui fait de l'ombre. Elle lève la tête, pointe le bout de son nez vers moi avec son petit visage. Comme c'est mignon. Je reste cependant stoïque, malgré la timide question qu'elle pose. Son timbre de voix résonne encore dans ma tête, un écho. Un écho magnifiquement attirant. Je ne peux donc pas ignorer le fait qu'elle m'adresse la parole. À moi, un simple majordome. Un simple mur qui obéit fidèlement aux ordres.
« Pas vraiment. Je vais tout de même vous aider, vous. » dis-je calmement. Elle était loin de se douter de mes futures paroles. Des paroles qui noient l’enthousiasme de continuer la lecture de ce roman. J'observe tout de même la couverture de l'ouvrage. Et, c'est un livre que j'ai déjà lu. Récemment je dois dire. « La fin de ce roman se termine mal. Le personnage principal meurt, lamentablement... Pitoyable comme fin, n'est-ce pas ? » reprends-je. Cette question n'est pas vraiment une question. À vrai dire, elle n'existe que pour continuer la conversation. Mais, j'avais plus hâte de voir la réaction de la jeune blonde. Je souris tout de même de bon cœur. La pauvre, tout de même. Connaître la fin sans l'avoir lu.
Revenir en haut Aller en bas
 

Tu vas le regretter ϟ feat Aaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un jeune horloger de talent : Aaron Becsei
» Aaron Becsei - BEXEI Primus
» Iris setosa 'Aaron blue'
» ma B&R 03 88 à moi !
» Ces achats qu'on regrette...