Compte fondateur et directrice, c'est bien d'elle qu'il faut se méfier le plus... après tout: qui sait qui se cache réellement derrière son compte ?
Administratrice du forum, elle s'occupe surtout de tout ce qui touche au codage et graphisme... mais aussi parfois des parties à rédiger ♥ Attention à vos fesses, il semblerait qu'elle ne soit pas toujours tendre ~
Co-administratrice du forum, créatrice du concept et des principaux rouages de Golden Krone, elle sera toujours disponible pour vous accompagner durant votre séjour dans notre académie. Un problème ? Un RP ? C'est par ici ~ ♥
ATTENTION, FORUM OPTIMISE EN GRANDE PARTIE POUR FIREFOX, QUELQUES DECALAGES PEUVENT SURVENIR SUR LES AUTRES NAVIGATEURS
CSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActif

Partagez | .

Les lunettes vaincront - Aaron J. Williams

avatar
Invité


MessageSujet: Les lunettes vaincront - Aaron J. Williams   13.06.14 23:14






ʅ j'offre du thé en enfer ʅ

Bonjour, je suis le vomi. Non, je plaisante. Je m'appelle Aaron Johnson Williams, aussi vrai que la vérité véritable. J'ai, pour le moment, une trentaine d'années. Malgré les apparences je suis plutôt d'un jeune âge, du genre, à la fleur de l'âge. Je suis d'origine purement anglaise. J'ai même vécu toute ma vie au Royaume-Uni. À Londres plus exactement. Je suis un homme qui est des plus masculins possible, je ne peux cependant pas vraiment le prouver en retirant mon pantalon, des enfants me regardent. Comme situation amoureuse, j'ai l'amour parfait avec la solitude. Je suis célibataire, mais en couple. Je suis marié, mais célibataire. C'est compliqué. Disons que j'aime et que je suis marié avec la solitude. C'est plus simple. Je suis un unique, un grand, un majestueux je dirais même, hétérosexuel. Mon attirance pour les femmes sera prouver à plusieurs reprises et les journaux parleront bientôt de moi, soyez-en sûrs ! Un avatar ? C'est quoi les histoires, qu'est-ce que c'est ? (Fujimoto Shiro, Ao no Exorcist). Si j'ai une pierre ? Oui, j'en ai bien une. Mais je ne vois pas trop l'intérêt qu'elle apporte pour l'instant, je la conserve cependant sur moi puisqu'elle me donne l'impression d'être important. Comment ? Oui, c'est l'Obsidian. Vous connaissez ? Mon rang ? Je suis majordome depuis que j'ai dix-neuf ans je crois. J'ai d'abord été un piètre serviteur avant d'en arriver là. Si cela n'est pas la grande classe, hein ? Comme objectif... Ne pas avoir l'opportunité de me tourner les pouces, pour commencer. Oui, c'est bien comme objectif.

Williams Aaron Johnson

Que pouvez-vous nous dire sur votre physique, en général, monsieur Williams ?
Ce que je peux dire ? Tout, pour commencer. Je mesure environ un mètre quatre-vingts et je pèse au total soixante-dix-huit kilos. Ce qui est un poids idéal pour un homme de ma taille. Je me fais aussi beaucoup remarqué auprès des autres. Non pas que j'ai un visage super beau ou que ma musculature soit attirante. C'est juste que mes cheveux gris ne passent pas inaperçu et cela attire les regards. Du coup, je fais comme eux. Je les observe de mes brunes pupilles. Parfois ils me fuient du regard, parfois ils s’excitent comme des personnes en manque. J'ai même des admiratrices qui m’envoient des lettres concernant mes pupilles qui sont d'ailleurs, un réel fantasme pour elles. Je n'y porte pas grand intérêt, mais certaines sont quand même intéressantes. Des lettres sous forme de poèmes, j'en souris parfois. Mais elles finissent brûlées par la suite. Je ne vois pas l'intérêt de les conserver. Autrement, mes oreilles, mes lèvres, ma langue, mon nez et tout ce qui touche les parties du visage, sont plutôt dans la norme. Je n'ai pas le nez crochu, les oreilles pointues, des lèvres grosses comme des limaces. Mon visage est plutôt normal, voir même banale. Mes muscles ? J'en ai pas énormément. Je dirais qu'ils sont aussi visibles que sur un corps d'un sportif débutant. Les traits qui les soulignent sont assez fins, ce qui ne les rend pas beaucoup visible. Mais ils sont effectivement présents. J'ai même une bonne petite force puisque je peux porter des choses assez lourdes comme réfrigérateur ou une gazinière. Je peux même pousser à l'extrême en portant un lit ou une armoire, mais mes muscles risquent de ne pas y tenir alors je ne préfère pas essayer.

Quel est votre style vestimentaire ?
Mon style est plutôt sombre, je ne porte que du noir puisque je n'aime pas trop les couleurs claires. Cela me donne l'impression d'être tout nu et j'ai une sensation très différente. La couleur noire convient en quelque sorte à mon caractère. Je tiens tout de même que je porte une chemise blanche, c'est une question de principe là où je travaillais autrefois. Du blanc en dessous d'une montagne de couleur noire. Je vous raconte cela en détail ? Bien. Par-dessus ma chemise blanche je porte souvent un léger gilet de couleur noire que je boutonne à l'aide de trois boutons cousus à la main. Je porte des gants, naturellement blanche, en soie afin d'effectuer des tâches qui nécessitent la protection des mains. Mon caleçon ? Haha, c'est une des rares choses que je vais dire, ceci est une information confidentielle. Mon pantalon est aussi noir que le fond d'une grotte, mes chaussettes aussi et mes bottines en cuir aussi. Je ne porte que de la soie sur moi, sauf pour les bottines et ma grande et belle veste, noire. Cette dernière à d'ailleurs six boutons au niveau du torse, deux pour chaque étage avec plus ou moins un espace entre-eux. Et deux autres au niveau de la cuisse droite.

Portez-vous des accessoires, des tatouages, des cicatrices, des brûlures ?
Oui, plutôt. Pour commencer je porte une paire de lunettes qui pendouillent depuis tout à l'heure, comme je n'ai pas très bonne vue je les porte. Mais parfois je vois trouble donc je l'enlève de temps en temps. Je porte aussi une alliance sur mon annulaire gauche, je ne suis pas marié. C'est juste pour éviter d'être l'objet de séduction, ce que je trouve bien agaçant d'ailleurs. Je porte aussi un ceinturon autour de ma taille, qui contient mon arme à feu, des minutions et un paquet de cigarette en binôme avec un briquet. Des tatouages ? Ils ne sont que deux, l'un est le seau de la famille que je servais en tant que Majordome, un toutou fidèle quoi. L'autre est un serpent qui se mord la queue, le symbole de l’Ouroboros. Chacun sur l'une de mes épaules. Comme cicatrice, elles sont présentes un peu partout sur les bras et mon torse. Le pire c'est aux doigts je me coupe souvent les doigts que je prends la cuisine trop à cœur. Et, je n'ai aucune brûlure... Comment ? Ma pierre ? Je la conserve précieusement dans l'une des poches de mon ceinturon, je ne sais pas trop quoi en faire et à quoi elle sert pour le moment.

Que sont vos grandes qualités ?
Hum... Je dirais que je suis plutôt du genre à rester calme malgré la tension qui grimpe et les insultes qui volent, je sais savoir où est ma place et y rester jusqu'à nouvel ordre. Je fais preuve d'intelligence lorsque cela est nécessaire afin de pouvoir aider ceux qui sont dans le besoin, surtout ceux que je respecte le plus à vrai dire. Et je sais aussi faire la différence entre sérieux et bêtise. Une phrase sérieuse possède une intention plus profonde, morbide dans la plupart des cas. Ce qui montre aussi le mécontentement de certains. La bêtise, vous connaissez tous cela. Ces phrases idiotes que l'on sort pour provoquer une vague d'humour et faire rire le public. Sinon, je suis un véritable cordon-bleu dans l'art culinaire, mes plats sont aussi exquis qu'un repas d'un restaurant quatre étoiles. Et je ne voudrais surtout pas me vanter en disant que je me rapproche d'un cinq étoiles. Mais bon, cela est seulement dû aux exigences de mon « ancien » Maître. Il visait la perfection, j'ai donc fait mon possible pour lui convenir. Je suis aussi très méticuleux, j'aime faire les choses comme il faut et proprement, je prends soin des affaires les plus chères et rares comme des affaires les moins chères et banales. Je suis aussi loyal, comme un chien en quelque sorte, je serai prêt à lécher les chaussures de n'importe qui. Cela n'est qu'une image, ce n'est que pour prouver mon côté fidèle. Surtout obéissant en fait, j'exécute rapidement l'ordre que l'on me donne, seulement si je reçois l'ordre d'une seule et unique personne.

Que sont vos grands défauts ?
J'ai énormément de défaut, comparé aux qualités qui me construisent. La plus grande est la curiosité, je pose toujours mon regard aux endroits qu'il ne faut pas, je m'incruste dans les discussions qui ne me concerne pas. J'enfouis mon nez dans les affaires des autres. Tout ce qui est pas bien et qui gâche l'intimité d'autrui. Mais ce n'est pas de ma faute si cela m'attire de bien des manières. Je ne suis pas bien méchant, je suis juste quelqu'un qui s'impose un peu trop et qui exaspère les autres. Je suis aussi un grand pervers, pas au point de renifler les petites culottes non plus. J'aime juste observer... J'apprécie également les fortes poitrines, loin de moi l'idée de créer une secte pour cela, les petites poitrines me conviennent également. Je suis du genre à bien observer les formes et à enregistrer tout ce qui m'intéresse, je suis comme un ordinateur qui enregistre des données importantes. Je me présente aussi comme quelqu'un de méticuleux dans mon travail. Je veux que les choses soient parfaites et j'exige la perfection. Une habitude qui me colle à la peau depuis mes débuts en employé de maison. J'ai aussi un aspect manipulateur, lorsque je réajuste ma paire de lunettes. Non, c'est plus un signe d'indifférence ou de perfection. Je m’idolâtre trop il faut dire, je me comble trop d'éloge, je complimente mon propre physique. Bref, je suis du genre à dire que je suis le plus magnifique, au reflet qui me représente dans un miroir. Je ne peux cependant pas vous dire l'intégralité de mes défauts, je garde un petit mystère là-dessus.

Avez-vous des passions, des manies ?
Comme passion, j'ai ce que l'on appelle la passion de favoriser la qualité plutôt que la quantité. Mais je fournis également de la quantité de qualité, il faut bien satisfaire celui ou celle que je servirai tôt ou tard. J'aime beaucoup la lecture et je suis plutôt du genre à lire des romans qui parlent de surnaturel ou des romans policiers. J'apprécie tout de même les grands classiques, ceux qui m'ont apporté beaucoup de choses durant mon enfance. En ce qui concerne les manies. Hm... j'arrive souvent en retard mais j'offre toujours des sucreries pour que l'on me pardonne facilement, une des nombreuses habitudes de mon métier. J'ai tendance à regarder un peu trop souvent ma montre, comme si celle-ci ne fonctionnait plus alors qu'elle est toujours en étant de marche. Oui, c'est en réalité l'heure que je regarde. Malgré mes retards, je suis très à cheval sur les horaires. Je tolère aucunement les retards, mais je suis celui qui arrive en retard, l'ironie du sort.

Parlez-nous de vos parents, qui sont-ils ? Et vous, votre naissance ? Comment avez-vous vécu votre tendre enfance ?
Mes parents ? Si je me souviens bien, mon père est un écrivain infidèle. Mais sa popularité le précède et ses lecteurs et lectrice l'aiment malgré ses nombreux problèmes. Je lis d'ailleurs plusieurs de ses ouvrages malgré le fait que ne l'ai jamais connu. C'est assez fascinant ce qu'il peut écrire comme histoire, il ne s'intéresse pas seulement au sujet de base qui fait de lui ce qu'il est. Je ne sais pas si cette phrase est très claire... Ce que je dis, c'est qu'il n'a pas un style précis pour faire ses romans, il fait à peu près de tout. De la romance, du policier, du surnaturel. D'après ce que j'ai vu hier, lors d'un reportage qui passait à la télévision, il fait actuellement une autobiographie sur lui-même et sa vie. Peut-être qu'il répondra aussi aux nombreuses questions que j'aimerais lui poser à travers son récit.
Concernant ma mère, elle fut autrefois une jeune fille d'une banalité quotidienne, avant de devenir une femme de chambre d'une grande influence. C'est d'ailleurs grâce à sa grâce divine que j'ai été choisi pour servir une richissime famille dans le milieu de l'Angleterre. Comprenez donc le fait que je ne tenais pas à être une honte pour elle, je faisais mon possible pour qu'elle soit fière de mon travail. Malheureusement, sa vie s'éteint lors d'un accident de voiture, ce qui avait fait la une des journaux. Les médias se sentaient, obligatoirement, libre de raconter ce qu'il voulait pour cet incident. « La none qui cache son jeu. », « Avait-elle planifié cet accident ? », « Cette femme est le diable incarné. » ou encore « La meurtrière morte. ». Je n'étais pas au courant de ces informations pas le passé mais j'ai encore ces titres en tête, cela m'avait fait un énorme manque maternel. Et ils n'avaient pas pris en compte le jeune garçon qui se trouvait sur les sièges arrières du véhicule, que je prendrais plaisir à raconter l'histoire plus tard, elle est captivante. Ainsi que l'histoire de ma défunte mère.
Pour parler de moi. Je n'ai pas connu ma mère bien longtemps et ne parlons pas de la présence de mon vieux père. J'ai grandi en apprenant les ficelles du métier depuis mes cinq ans. Mes efforts augmentaient au fil des années et ma dextérité de même. J'avais assez de compétence pour servir à bien mes Maîtres dans le plus grand calme, à l'époque je ne m'incrustais pas dans les discussions. Ma curiosité n'était pas encore présente et ma tâche de rester silencieux s'accomplissait avec le plus grand professionnalisme. J'étais souvent considéré comme un meuble, tellement ma présence ne portait aucune importance. Un objet qui ne parle pas, que ne bouge pas. Et, aussi. Je finissais souvent les journées avec des légères entailles sur les bras, ce qui prouve mon niveau à l'époque. Je n'étais absolument pas doué avec le couteau donc mes doigts saignaient et mes bras avaient la même souffrance lorsque je trébuchais sur le carrelage. La faute aux autres domestiques aussi, ils nettoyaient bien trop parfaitement le sol des cuisines.


Avez-vous fait des études ? Êtes-vous diplômé d'une grande université ?
Je faisais des études, oui. Il fallait bien que j'accompagne le jeune fils de mon Maître pour cela. Et puis il s'est dit que cela était une bonne expérience pour moi d'apprendre à écrire, de savoir parler, formuler des phrases correctes et compréhensives. C'est de là que me venait cette curiosité, ce qu'il n'appréciait pas trop. Il n'en portait cependant pas grande importance, sa femme en revanche, elle avait la langue bien pendue et ne mâchait absolument pas ses mots. Elle était aussi franche et direct qu'une balle de revolver. Je ne pouvais que faire mon possible pour ne pas trop me comporter comme leur proche. Bon, revenons-en aux études. J'étais calme et silencieux pour ne pas perturber l'ambiance de la salle de classe, j'apprenais des choses et je tire avantages des méchancetés qu'il ne faut absolument pas faire. Comme par exemple mentir, ce genre de mentalité à dire la vérité peu importe les représailles. J'apportais aussi des bonnes notes, mais il n'y avait que les notes de son fils qui l'importait. Du coup je gardais les résultats pour moi. Il faut dire que j'avais plus d'intelligence que lui, mais nous n'étions pas dans la même classe et les leçons avaient une large différence. Il n'avait que cinq ans et moi j'en avais sept.
Je ne suis pas diplômé d'une grande université. J'avais assez de connaissance pour accomplir mon modeste travail. C'est une question assez idiote sur le coup.


Qu'est-il advenu de ce garçon ? Et de ses parents ? Jouit-il de sa fortune ?
Il a continué ses études jusqu'aux bouts pour pouvoir des connaissances plus grandes que ses parents. C'est même l'un des plus influents aujourd'hui, mais je n'ai gardé aucun contact avec lui. Il n'y avait pas grande chose qui nous unissaient pour cela, je ne nourrissais que son désir de satisfaction, rien de plus et rien de moins. Pour jouir de sa fortune ? Il doit sûrement dépenser celle-ci inutilement, c'est un adulte avec l'âme d'un enfant. Son argent comble sûrement ses désirs sexuelles ou son appétit de la drogue. Après, il fait ce qu'il veut de sa vie, je ne suis plus un bouc-émissaire pour lui. Je ne suis qu'un homme qui croise son regard avec le sien et qui passe son chemin sans échanger un seul mot.
Que dire sur ses parents ? Malgré la maman poule qui démarre aux quarts de tour et le père alcoolique qui glandouille sur le canapé à longueur de journée. Il n'y a pas énormément de choses à dire sur eux. L'un était fort sympathique, l'autre mauvaise pour un détail insignifiant. Je me demande même comment il peut supporter une femme pareille, elle pense sûrement qu'à la fortune de son conjoint.


Qu'avez-vous fait ensuite ? Vous êtes restez avec eux ?
Je ne suis pas resté, comme je l'ai dit avant, je ne suis plus leur bouc-émissaire. En d'autres mots, ils m'ont tous fermer la porte de leur habitat lorsque j'avais dix-neuf ans. Je suis donc partit avec le peu d'affaire que j'avais vers les rues de la ville. Trois jours, non, quatre jours après cela, j'ai croisé le regard d'un richissime qui dégageait une allure qui forçait le respect. Et je n'avais pas tort. À vrai dire, c'est le jeune fils qui avait survécu lors de l'accident de voiture qui avait causé la mort de ma mère. J'avais même eu du mal à croire ce qu'il disait, mais cela semblait tellement vrai. Cela se voyait que ce qu'il disait fut du vécu pour lui.
J'ai tout de même pris une décision, celle de le suivre et de le servir jusqu'à ce que l'un de nous deux meurt. Nos, enfin, ses repas avaient le don d'avoir une conversation magnifique avec lui. Il me traitait comme un égale et je faisais la même chose envers lui. Il n'y avait pas vraiment de lieu Maître et serviteur entre lui et moi, c'était plus un lien amical que l'on partageait. Je prenais beaucoup de plaisir à le servir et lui en prenait en savourant mes repas, mon savoir-faire. Il respectait mon talent. Il me parlait très souvent de ma défunte mère aussi, que c'était une femme formidable et très respectueuse dans son travail. Elle partageait énormément de détail avec lui, lorsqu'il n'était qu'un enfant. C'est pour cela que l'on communiquait avec amitié, parce qu'ils communiquaient eux aussi avec une certaine amitié. Et, j'en savais un peu plus sur le passé de ma mère, ce qu'elle a vécue pour en arriver à mourir. C'était une femme extra-ordinaire qui grandissait dans un milieu urbain. Ni trop riche ni trop pauvre. Sa vie était banale, ses études dans les normes. Elle avait des amies, des petits-amis, des disputes, des dépressions. Bref, la vie d'un être-humain sans papa et maman dans les hautes sphères de la société. Puis, un jour comme un autre. Lorsqu'elle travaillait dans un café, une riche personne observait son talent dans le domaine et il en vient à la conclusion de la prendre comme gouvernante. L'homme, désigné par le qualificatif de riche, était le père du jeune homme que je servais avec un grand respect. Cependant, je ne comprenais pas vraiment la suite. Il parlait de « Golden Krone », de certification. Il m'a même conseillé de passer des certifications afin d'avoir une habilité dans le domaine. Il me parlait également de l'accident, dans les moindres détails. Ma mère conduisait le véhicule lorsque l'enfant venait de sortir de sa prestigieuse école, celle-ci le raccompagnait dans son immense demeure. Il mangeait son habituel petit pain au chocolat et ma mère lui parlait de moi, de mon physique. Il pouvait donc s'imaginer comment j'étais. C'est pourquoi il m'a facilement reconnu lorsque j'étais dans la rue. Une camionnette de livraison avait ensuite percuté le flan droit du moyen de locomotion. Ma mère se retrouvait morte et l'enfant blessé grièvement. L’opération avait durée deux heures au total et son rétablissement total, un mois. Il souffrait d'amnésie sans pour autant avoir tout oublié. Il oubliait l'existence de ses parents, mais aucunement les nombreuses discussions de ma mère. Mais la mort venait frapper à la porte et c'est là que ma vie redevenait un calvaire. J'avais tout de même vécu dix longues années avec lui. J'avais la possibilité de m'instruire de ses livres, de plonger dans des univers inimaginables et d'avoir des moments hilarants. Sa mort ? Rien qui sort de l'ordinaire, c'est même une mort agréable lorsqu'on y pense. Mourir lorsque nous dormons, n'est-ce pas la mort la plus douce au monde ? C'est tout de même tragique, j'éprouvais et j'éprouve toujours un profond respect envers cet homme.
Maintenant, je suis quoi ? Un vieil homme de 30 ans, sans emploi depuis plus d'une année ? Tragique.


Merci de vos précieuse paroles, monsieur Williams.

Toi, derrière l'écran





Bienvenue à Silent Hill, vous êtes dans un domaine qui vous est totalement inconnu. Je me présente comme étant un doigt à la noix de coco, mais appeler-moi Coco Finger. Ou Coco pour les intimes. Peu importe, ce n'est qu'un modique surnom. J'ai actuellement vingt ans et j'approche peu à peu de la barre des vingt-et-un. Pourquoi je me suis inscrit ? J'attends ce forum depuis une semaine, trop d'impatience en moi ! J'ai découvert le forum en visitant un top-site, il était encore en construction, mais j'ai tout de suite accroché. J'ai une suggestion. Avoir plus de femmes avec des grosses poitrines. Et comme remarque, je veux des sous-vêtements. C'est pas une remarque mais bon.
okay by Bonnie ♥



Dernière édition par Aaron J. Williams le 15.06.14 18:31, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
● messages à votre actif : 258
● pierre : CRYSCOLA
● petite citation : « Et sur ton pull, j'y broderais "M", pour que nos sangs se mêlent au vent. »
avatar

Admine et jeweler

MessageSujet: Re: Les lunettes vaincront - Aaron J. Williams   13.06.14 23:36

Hey Aaron -j'adore ton prénom !- sois le bienvenu sur Golden Krone ♥ Ta présentation n'étant pas terminée (ce qui est tout à fait normal), je ne me livrerais à aucun commentaire avant de la voir achevée ~ Aussi, bonne chance à toi pour ce qu'il te reste à faire et au plaisir de totalement te lire, dans l'espoir d'une validation prochaine !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Les lunettes vaincront - Aaron J. Williams   14.06.14 3:50

La présentation est désormais terminée, j'ai fais tout mon possible concernant les fautes de grammaire/syntaxe et orthographe tu peux me croire. S'il y en a encore je m'arrache les cheveux et je prend Ikkaku Madarame comme personnage. Sinon, il ne reste qu'une seule chose pour arriver à la validation de mon corps de vieil homme. Mais je n'ai pas envie de te harceler avec ça. Je préfère te demander des sous-vêtements. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Les lunettes vaincront - Aaron J. Williams   15.06.14 16:41


Bienvenue officiellement à toi sur le forum Aaron !

Le moment tant attendu est arrivé car, enfin, je vais procéder à l'analyse de ta fiche. Je dis "enfin" parce que tu as été le premier à t'inscrire, le premier à la poster et aussi le premier à terminer ta fiche de présentation. Je tiens d'abord à te remercier pour ton investissement et pour cette véritable prouesse qu'est de terminer une fiche aussi rapidement. Un grand bravo à toi donc.

Un autre détail qui m'a aussi plu dans ta fiche, c'est l'originalité de la mise en forme, avec le système de questions-réponses que tu as utilisé. C'est agréable à lire et on a vraiment l'impression d'assister à une interview. L'écriture est dans l'ensemble soignée et fluide, donc encore un bon point pour toi.

Si tu le veux bien, je vais maintenant revenir sur chaque partie de ta fiche pour que nous voyons ensemble ce qui me convient et ce qui pourrait être amélioré afin que tu puisse obtenir mon approbation pour être validé. Chaque fiche recevra deux analyses (celle de Bonnie ainsi que la mienne) pour être validée.

Prêt ? Et bien, commençons !

Présentation générale
Dès la présentation, on peut déjà cerner ton personnage. Toutes les infos sont là, mais j'aurais une petite remarque sur le fait que tu puisses être " majordome depuis [qu'il] a cinq ans ". J'ai bien compris que sa mère était gouvernante et qu'il a donc très tôt pu apprendre le métier de domestique, de serviteur mais tu ne peux pas le qualifier de "majordome", le rang le plus qualifié des domestiques dès cette âge-là. C'est une curieuse idée que d'être marié avec la solitude, mais après tout pourquoi pas ? Comme ça correspond au personnage, ça ne me dérange pas. Et enfin, puisque tu parlais toi-même de fautes d'orthographe, tiendras-tu ta promesse si je te dis que " des plus masculinS possible " ; " sera prouveR " et " me donne l'impression d'être important(e) " ? Je te taquine, ce n'est pas grand-chose, l'ensemble est tout à fait correct pour moi ;3

Apparence
Là aussi, les infos sont bien là, le nombre de mots aussi. J'aurais simplement deux remarques. Toutes les deux portant sur le même sujet : ça va les chevilles ? Je comprends bien la prétention exacerbé du personnage, mais je pense vraiment que dire : " J'ai même des admiratrices qui m’envoient des lettres d'amour tellement mes pupilles sont un fantasme pour elles. Je n'y porte pas grand intérêt d'ailleurs, je brûle même la preuve de leur effort tellement mon intérêt est proche du gouffre pour ces lettres. " c'est un peu ... abusé. Brad Pitt reçoit des lettres. Pas un majordome. Des compliments à la limite. Des demandes insistantes pourquoi pas. Mais des lettres c'est trop.

Ma deuxième remarque portera sur le nombre impressionnant de blessures et de cicatrices que tu décris. Je veux bien que tu soulignes la difficulté du travail, les coupures, peut-être même des coups reçus pour mauvais traitement dès l'enfance dans la famille ou il a travaillé ? Mais ça : " Et, je n'ai aucune brûlure... Enfin, si, une énorme sur le dos. " Encore une fois c'est trop. Très cher monsieur Williams, j'aimerais que vous retravaillez ces quelques détails parce que là ... ça fait carrément "gros bill" (une petite définition ? Dictionnaire des indésirables)

Psychique
Ton caractère me semble tout à fait correct et soigné. J'aime beaucoup les qualités que tu as choisi mais aussi les défauts qui viennent contre-balancés le tout. Il y a même quelques paradoxes qui viennent enrichir le personnage. Et dans la manière décrire, on sent toujours cette prétention qui fait sourire, ça me va très bien ~

Votre histoire  
Un père écrivain qu'il suit de loin sans jamais l'avoir connu : c'est une bonne idée je trouve, ça change donc j'adhère. Pour la mère, j'aimerais beaucoup savoir à quoi ressemble exactement une "banalité quotidienne" ? Et justement une " une femme de chambre influente " c'est une gouvernante. L'histoire de la mère est très brièvement expliquée alors que pourtant il semblerait qu'elle est eu un passé sulfureux pour que sa mort soit à la une des journaux. J'aurais aimé plus de détails mais tu peux très bien laisser aussi comme ça.

L'évolution du personnage et son entrée à l'école sont des informations intéressantes. On peut ainsi mieux saisir son caractère. L'avis qu'il garde sur la première famille qu'il a servi est tout aussi intéressant : ils ne semblent pas en garder un très bon souvenir et regarde la situation avec beaucoup de recule et de pragmatisme. Ces remarques renforces sont professionnalisme et on voit bien qu'il aime son travail bien plus que les personnages qu'il a pu servir.

La remarque " À vrai dire, c'est le jeune fils qui avait survécu lors de l'accident de voiture qui avait causé la mort de ma mère " tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Ce serait bien que tu évoques cette personne dès le début de l'histoire, il y aurait une meilleure cohérence. La bonne expérience du travail de majordome qu'il a eu avec ce personnage renforce son idée de continuer dans cette voie. Mais il manque quelque chose à cette histoire : pourquoi a-t-il fini par aller à Golden Krone ? En quelques phrases, tu pourrais encore enrichir ton histoire pour faire le lien avec notre académie.

Toi, derrière l'écran
Là tout me va, c'était juste pour que tu corriges cette phrase : " J'ai actuellement vingt (ans) et j'approche peu à peu de la barre des vingt-et-un(s). " Et pour moi ce sera tout ♥

En résumé donc, c'est une bonne fiche que nous avons là. Avec quelques défauts que j'ai essayé de relever et des détails qui m'ont dérangé. Mais elle reste soignée et décrit un personnage fort intéressant et énervant à souhait. Je répète que ce n'est que mon analyse, mon avis et que je comprendrais que tu te défendes de tel, ou tel détail. J'ai pour ma part essayer d'être impartiale et juste, en te donnant les points positifs comme les points négatifs.

Enfin, la torture se termine o/

Je te souhaite bon courage pour corriger les détails évoqués dans cette analyse. Encore quelques efforts et tu seras validé ;3

Merci de votre attention,
Fin de l'analyse de Jo'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Les lunettes vaincront - Aaron J. Williams   15.06.14 18:31

Cette analyse m'a beaucoup blessé à vrai dire. Et puis, arrête de prendre une taquinerie pareille pour de si petites erreurs ! èé
Autrement, j'étais prêt à tout refaire parce que je prenais la gravité trop au sérieux mais j'ai trouvé un moyen plus simple pour y remédier. Il y a aura des mots en plus cela dit. Pour commencer, cela. Que j'ai rajouter pour lui donner de l'importance.

Citation :
Et ils n'avaient pas pris en compte le jeune garçon qui se trouvait sur les sièges arrières du véhicule, que je prendrais plaisir à raconter l'histoire plus tard, elle est captivante. Ainsi que l'histoire de ma défunte mère.

De plus, je vois pas trop en quoi une brûlure fait Gros Bill. '-'
J'ai tout de même enlever ce détail. Je savais pas pourquoi je l'avais mis en réalité, sans doute pour changer des éternels tatouages et cicatrices et/ou des piercings en tout genre. Bwef.
J'ai aussi modifier le truc bidul sur la présentation de lui-même. Oui, je mélange les modifications. On se retrouve d'abord sur son histoire et ensuite sur sa présentation. Après on retrouvera l'histoire. Et après on ira faire l'amour à côté d'un feu de camp. Encore une fois : bwef.

Citation :
Mon rang ? Je suis majordome depuis que j'ai dix-neuf ans je crois. J'ai d'abord été un piètre serviteur avant d'en arriver là.

Ah, non. Avant de reprendre l'histoire je voulais dire qu'il fallait aussi que vous preniez en compte le fait que je ne suis plus le cursus scolaire depuis mes 18 ans. J'ai donc un peu de mal avec l'orthographe, la grammaire et la synthase. C'est parce que je faisais un stage dans une station d'épuration alors que je passais un diplôme en électricité. Je refusais de continuer le stage après seulement une semaine. Bah oui, pelleter la boue, nettoyer les outils, etc... ça va deux minutes. Moi j'étais pas là pour faire le sale boulot, je voulais apprendre le domaine de l'électricité. J'ai donc démissionner du lycée, depuis je cherche du travail. Voilà.

L'histoire maintenant, après ces moments de parallèle, il est enfin venu le temps des cathédrales détails et les rajouts en tout genre.

Citation :
Et, aussi. Je finissais souvent les journées avec des légères entailles sur les bras, ce qui prouve mon niveau à l'époque. Je n'étais absolument pas doué avec le couteau donc mes doigts saignaient et mes bras avaient la même souffrance lorsque je trébuchais sur le carrelage. La faute aux autres domestiques aussi, ils nettoyaient bien trop parfaitement le sol des cuisines.

Citation :
Il me parlait très souvent de ma défunte mère aussi, que c'était une femme formidable et très respectueuse dans son travail. Elle partageait énormément de détail avec lui, lorsqu'il n'était qu'un enfant. C'est pour cela que l'on communiquait avec amitié, parce qu'ils communiquaient eux aussi avec une certaine amitié. Et, j'en savais un peu plus sur le passé de ma mère, ce qu'elle a vécue pour en arriver à mourir. C'était une femme extra-ordinaire qui grandissait dans un milieu urbain. Ni trop riche ni trop pauvre. Sa vie était banale, ses études dans les normes. Elle avait des amies, des petits-amis, des disputes, des dépressions. Bref, la vie d'un être-humain sans papa et maman dans les hautes sphères de la société. Puis, un jour comme un autre. Lorsqu'elle travaillait dans un café, une riche personne observait son talent dans le domaine et il en vient à la conclusion de la prendre comme gouvernante. L'homme, désigné par le qualificatif de riche, était le père du jeune homme que je servais avec un grand respect. Cependant, je ne comprenais pas vraiment la suite. Il parlait de « Golden Krone », de certification. Il m'a même conseillé de passer des certifications afin d'avoir une habilité dans le domaine. Il me parlait également de l'accident, dans les moindres détails. Ma mère conduisait le véhicule lorsque l'enfant venait de sortir de sa prestigieuse école, celle-ci le raccompagnait dans son immense demeure. Il mangeait son habituel petit pain au chocolat et ma mère lui parlait de moi, de mon physique. Il pouvait donc s'imaginer comment j'étais. C'est pourquoi il m'a facilement reconnu lorsque j'étais dans la rue. Une camionnette de livraison avait ensuite percuté le flan droit du moyen de locomotion. Ma mère se retrouvait morte et l'enfant blessé grièvement. L’opération avait durée deux heures au total et son rétablissement total, un mois. Il souffrait d'amnésie sans pour autant avoir tout oublié. Il oubliait l'existence de ses parents, mais aucunement les nombreuses discussions de ma mère.

Oh, et aussi ! Sur le physique du personnage, promis c'est la dernière balise que tu verras.

Citation :
J'ai même des admiratrices qui m’envoient des lettres concernant mes pupilles qui sont d'ailleurs, un réel fantasme pour elles. Je n'y porte pas grand intérêt, mais certaines sont quand même intéressantes. Des lettres sous forme de poèmes, j'en souris parfois. Mais elles finissent brûlées par la suite. Je ne vois pas l'intérêt de les conserver.

Voilà, cela sera tout pour moi. J'ai aussi corriger les petites erreurs. Cela ne nécessite pas des balises quote cependant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Les lunettes vaincront - Aaron J. Williams   15.06.14 19:57


Aaron. Je ne voulais absolument pas que tu le prennes comme ça. Si je t'ai blessé, je m'en excuse. Je pensais que je pouvais te " taquiner " avec ça, puisque toi-même tu m'aidais à retrouver mes fautes. Tu écris très bien, je ne voulais en aucun cas t'enfoncer ! Tout le monde fait des erreurs : et alors ? On s'en fiche de l'orthographe, c'est bien de le soigner, mais personne ne peut être irréprochable là-dessus. C'est simplement ce que je voulais dire.

On est ici avant tout pour s'amuser ! Je suis vraiment très surprise par ta réaction et j'ai sûrement été un peu trop directe pour le coup. Je... tiens à préciser pour ma défense (je vous renvoie à ma présentation dans le staff si vous voulez) que ça fait tout juste six mois que je fais du RP. Que je m'investis comme je peux mais que je suis loin d'être encore pleinement adapter à ce milieu. J'ai essayé, je t'ai blessé : donc je suis désolée.

Je parlais de "gros bill" simplement parce que ça faisait beaucoup de choses avec toutes ses blessures, sa brûlure, ses coupures... il fait un peu à un ressortissant du Vietnam ce majordome ! Je me suis certainement mal exprimé, encore une fois c'est de ma faute.

Toutes les modifications que tu as pu faire me convienne. J'étais sure que tu réussirais à changer les derniers détails et en plus tu l'as fait en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire. Pour moi le contrat est rempli !

Toutes mes félicitations Aaron. Tu as obtenu mon approbation :3
Il ne te manque plus que celle de Bonnie, pour que les portes de Golden Krone s'ouvre à toi, maître majordome.
Revenir en haut Aller en bas
● messages à votre actif : 258
● pierre : CRYSCOLA
● petite citation : « Et sur ton pull, j'y broderais "M", pour que nos sangs se mêlent au vent. »
avatar

Admine et jeweler

MessageSujet: Re: Les lunettes vaincront - Aaron J. Williams   16.06.14 20:36

Bon. Bon. Bon. Aaron ~ Certains points qu'a pu citer Joakim ne me plaisent pas, mais je pense que nous n'allons pas revenir sur son analyse, ça risque plus de raviver les flammes qu'autre chose. Soit. Normalement, il était de notre devoir de procéder en fait à deux analyses de chaque fiche et d'ensuite vous accorder -ou non- notre validation. Mais suite à cette première, je me dis qu'il serait idiot de faire "deux posts pratiquement identiques". Non seulement, ça prendrait un peu de temps pour les validations, mais en plus ça entraînerait sans doute quelques contradictions au niveau du staff. Bref. Tu auras sans doute compris que tu échappes donc à mon analyse et que de ce fait, tu es validé. Ton rang va t'être accordé et n'oublie pas que tu peux réaliser ta fiche de relationships et toutes les petites choses qui peuvent compléter ton compte ♥


Tu es officiellement valide !

Maintenant que tu es validé(e), il faut à tout prix que tu te mettes à jour ~ Dans un premier temps, il serait bon d'aller dans le livret des avatars, histoire de faire recenser ta personnalité manga. Ensuite, tu auras dans la possibilité de faire ta fiche de relations, une demande de rp ainsi qu'une demande d'habitation. J'espère tout de même que tu as vraiment bien consulté le règlement, parce que nous serons très pointilleux sur ce point ~ A noter aussi que si jamais des questions persistent même après cette validation, tu peux envoyer un mp à l'administration qui se fera toujours un plaisir de répondre aux questions (puisque comme dit dans un autre topic : nous ne mangeons pas ♥).




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les lunettes vaincront - Aaron J. Williams   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les lunettes vaincront - Aaron J. Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1